Les chiffres clefs

#1
La Communauté a demandé à un cabinet expert (B&L Evolution) de réaliser un diagnostic de notre territoire, au regard du changement climatique. En quelques graphiques et de façon synthétique : voici les grandes données du territoire, au regard des émissions de gaz à effet de serre, de l’énergie et du Climat. Avec les prévisions climatiques pour notre territoire à l’horizon 2050 ; et nos forces et faiblesses

Cliquer sur l'image pour agrandir
Image

Visualiser le document PDF


A vous de nous dire si cela vous paraît pertinent ; et notamment quels enjeux vous paraissent primordiaux…

Re: Les chiffres clefs

#2
Il manque selon moi deux composantes essentielles dans le diagnostic réalisé et ceci de manière transversale à tous les sujets :
- l’analyse approfondie des ressources et des limites humaines (habitants, professionnels, investisseurs, service public et élus)
- l’analyse approfondie de nos « bordures » (nos voisins, leurs ressources, leurs limites) permettant de maximiser les synergies possibles entre territoires proches.

Une telle analyse permettrait de s’appuyer sur les compétences humaines et les ressources déjà en place dans le domaine du climat pour maximiser l’impact du plan proposé (et être réaliste que quelques élus et salariés ne pourront pas à eux seuls et en donnant des conseils, faire changer l’ensemble des pratiques) et définir les lacunes et freins pour pouvoir les adresser de la manière la plus adaptée.

Sans la prise en compte de ces deux facteurs, le Pays Avallonnais risque, comme souvent venant des pouvoirs publics, de :
- démotiver les personnes déjà impliquées et compétentes, en proposant des mesures loin de la réalité terrain, sans ressources équivalentes et avec des « il faudrait que vous fassiez ceci/cela » et des « on s’occupe du sujet » plutôt que des « comment peut-on vous aider à faire mieux et encore plus ce que vous faites déjà bien ? ».
- passer à côté de la majorité de la population, en proposant des mesures par lesquelles elle ne se sent pas concernée, et proposer des conseils gratuits non adaptés, dont peu de gens bénéficient.

Deux autres éléments à la fois de diagnostic et de plan d’action indispensables à la réussite de ce plan climat :
- le besoin d’exemplarité des élus et services publics du Pays Avallonnnais, pas seulement dans des locaux à énergie positive (qui coûtent chers à tous les habitants sans que eux-mêmes n’en bénéficient forcément) mais dans leur pratique professionnelle et personnelle au quotidien. Si ceux qui nous donnent la vision et la direction n’expérimentent pas eux-mêmes les changements et les freins, je suis convaincue que le changement ne pourra pas se faire efficacement.
- le besoin de valoriser ce que les habitants et professionnels peuvent apporter par une rémunération, des avantages (accès piscine, cinéma, bibliothèque, réduction sur les charges type récolte de déchets), des services. Attendre d’eux qu’ils s’engagent entièrement bénévolement dans des démarches écologiques et/ou d’intérêt général sans le valoriser (alors que « de nombreux salariés du Pays, du Département, de la Région, de l’Etat, du Parc Naturel Régional, des municipalités… sont payés pour le faire ») ne permettra pas de faire le pas nécessaire et d’engager un maximum de gens.

Ceci étant dit, je vais tenter de partager mon diagnostic bien évidemment incomplet « ressources et limites humaines » et « bordures » sur les différents sujets.

Re: Les chiffres clefs

#3
Il manque selon moi deux composantes essentielles dans le diagnostic réalisé et ceci de manière transversale à tous les sujets :
- l’analyse approfondie des ressources et des limites humaines (habitants, professionnels, investisseurs, service public et élus)
- l’analyse approfondie de nos « bordures » (nos voisins, leurs ressources, leurs limites) permettant de maximiser les synergies possibles entre territoires proches.

Une telle analyse permettrait de s’appuyer sur les compétences humaines et les ressources déjà en place dans le domaine du climat pour maximiser l’impact du plan proposé (et être réaliste que quelques élus et salariés ne pourront pas à eux seuls et en donnant des conseils, faire changer l’ensemble des pratiques) et définir les lacunes et freins pour pouvoir les adresser de la manière la plus adaptée.

Sans la prise en compte de ces deux facteurs, le Pays Avallonnais risque, comme souvent venant des pouvoirs publics, de :
- démotiver les personnes déjà impliquées et compétentes, en proposant des mesures loin de la réalité terrain, sans ressources équivalentes et avec des « il faudrait que vous fassiez ceci/cela » et des « on s’occupe du sujet » plutôt que des « comment peut-on vous aider à faire mieux et encore plus ce que vous faites déjà bien ? ».
- passer à côté de la majorité de la population, en proposant des mesures par lesquelles elle ne se sent pas concernée, et proposer des conseils gratuits non adaptés, dont peu de gens bénéficient.

Deux autres éléments à la fois de diagnostic et de plan d’action indispensables à la réussite de ce plan climat :
- le besoin d’exemplarité des élus et services publics du Pays Avallonnnais, pas seulement dans des locaux à énergie positive (qui coûtent chers à tous les habitants sans que eux-mêmes n’en bénéficient forcément) mais dans leur pratique professionnelle et personnelle au quotidien. Si ceux qui nous donnent la vision et la direction n’expérimentent pas eux-mêmes les changements et les freins, je suis convaincue que le changement ne pourra pas se faire efficacement.
- le besoin de valoriser ce que les habitants et professionnels peuvent apporter par une rémunération, des avantages, des services. Attendre d’eux qu’ils s’engagent entièrement bénévolement dans des démarches écologiques et/ou d’intérêt général sans le valoriser (alors que « de nombreux salariés du Pays, du Département, de la Région, de l’Etat, du Parc Naturel Régional, des municipalités… sont payés pour le faire ») ne permettra pas de faire le pas nécessaire et d’engager un maximum de gens.

Ceci étant dit, je vais tenter de partager mon diagnostic bien évidemment incomplet « ressources et limites humaines » et « bordures » sur les différents sujets.
cron